Du 31 avril au 3 mai 1775

 

Le début de l'intrigue se déroule à Vienne du 2 mars au 11 avril.

Fil  

Partis de Vienne le 11 avril, Nicolas et ses amis entrent à Paris par la porte Saint-Martin, le 30 avril après-midi. Rue Montmartre, il apprend la disparition de Louis. Après avoir distribué à chacun les cadeaux qu'il a achetés à Vienne, il se rend avec Bourdeau à l'hôtel de police pour rendre compte à Le Noir de sa mission autrichienne. Lorsqu'il revient à l'hôtel de M. de Noblecourt, il remarque des attroupements du côté du passage de la Reine de Hongrie.
Accès rapide au plan.

Versailles (hors-plan)

Le 1er mai, après avoir découvert au petit matin le cadavre du boulanger dans l'immeuble de M. de Noblecourt, Nicolas se rend à Versailles en traversant le Pont de Sèvres. Il y fait son rapport au secrétaire d'État des Affaires étrangères, M. de Vergennes, et à Sartine – qui est maintenant secrétaire d'État à la Marine – avant de rencontrer Marie-Antoinette dans ses appartements. Il s'attarde ensuite un peu dans le parc, près de la pièce d’eau des Suisses, afin de méditer sur la fragilité de tout règne.

Le 2 mai, il quitte l'hôtel d'Arranet, où il a passé la nuit, et, déguisé en garçon imprimeur, rejoint les hommes et les femmes qui marchent sur Versailles. Il entre dans le parc du château par une porte, qui se trouve à l’angle de la rue de l’Orangerie et de celle de la Surintendance, puis il gagne les combles et monte sur la terrasse pour avoir une vue d'ensemble sur les mouvements de la foule. Ayant pris la mesure des événements, il descend l'escalier de marbre et, passant la salle des gardes, l'antichambre du roi et le salon de l'Œil de bœuf, il se rend dans la salle du conseil, où il trouve son souverain bien désemparé.

Fil  

 

Revenu à l'hôtel d'Arranet, il se change et reprend son cheval. Il arrive au début de l'après midi au Contrôle général, rue Neuve-des-Petits-Champs, et remet le billet du roi à Turgot. Il se rend ensuite à l'hôtel de police, où il informe Le Noir de ce qui se passe à Versailles, après quoi, ayant laissé sa monture aux écuries de l'hôtel de police, il prend un fiacre pour regagner le Châtelet, où il assiste à l'autopsie de Mourut.

La journée du 2 mai se termine par la représentation de Céphale et Procris à l'Opéra.
Accès rapide au plan.

Fil  

Le 3 mai, Nicolas rend visite à la Paulet pour lui soutirer des informations sur la Gourdan.

Fil  

Ayant retrouvé Louis au Dauphin couronné, il le conduit à l'hôtel de M. de Noblecourt. De là, désireux d'avoir une entrevue avec l'inspecteur Marais, chargé des mœurs, il se rend à l'hôtel de police avec Bourdeau qui l'attendait près de l'église Saint-Eustache. Le parcours est rendu difficile par des rassemblements d'hommes et de femmes. Ils doivent ainsi rebrousser chemin dans la rue Plâtrière et emprunter la rue de la Jussienne.

Ayant obtenu auprès de Marais des renseignements supplémentaires sur la Gourdan, ils entendent rencontrer la Gourdan, rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur (et non rue des Deux-Ponts-Saint-Sauveur). Pour éviter les attroupements, le cocher fait un grand détour par la rive de la Seine.

À l'entrée de la rue Montorgueil, ils doivent toutefois abandonner leur voiture et gagner à pied la maison de la Gourdan, en empruntant l'actuelle rue Tiquetonne, la rue Saint-Denis et la rue Saint-Sauveur. En fait, il serait plus exact de dire qu'ils rejoignent la rue Saint-Denis par la rue Pavée et la rue du Petit-Lion, qui étaient alors distinctes de la rue Tiquetonne.

Après la visite à la Gourdan, ils conduisent sa servante au Châtelet afin qu'elle reconnaisse le corps de Mourut.
Accès rapide au plan.

Fil  

Ayant obtenu chez la Gourdan l'adresse d'un certain Hénéfiance, Nicolas se rend ensuite Rue du Poirier en empruntant une fois de plus un « itinéraire tortueux ».
Accès rapide au plan.