Du 28 février au 4 mars 1784

Fil  Le 1er mars, Nicolas se rend d'abord chez Maître Vachon pour lui commander un autre manteau. Il passe ensuite par l'hôtel de police pour consulter la fiche de Mme Truchet, revendeuse à la toilette. La chose faite, il rend visite à cette dernière.

Il gagne ensuite le Châtelet. Le père Marie lui remet un billet de Restif de la Bretonne, qu'il rejoint dans la taverne de la place des trois Maries, face au Pont-Neuf.

Riche de nouvelles informations, il revient au Châtelet, où il se travestit, ainsi que Bourdeau et Gremillon, afin de piéger la Mazenard dans le galetas où elle doit officier, rue de la Muette. Capturés, La Mazenard et son acolyte Rivet sont mis au cachot tandis que Nicolas rentre rue Montmartre.

Le lendemain, Nicolas ne se déplace qu'entre la rue Montmartre et le Châtelet.

Accès rapide au plan.

Fil 

Le 3 mars, M. de Pontreval l'attend au Châtelet et lui dit qu'il a ordre de le conduire. La voiture s'arrête en face de l'île Louviers, non loin de l'Arsenal. Nicolas y rencontre Louis XVI qui l'invite à monter dans son carrosse et lui demande de lui faire voir la capitale telle qu'elle est. Le trajet de l'Arsenal à la "porte de la Conférence" n'étant pas précisé par l'auteur, nous l'avons fait apparaître en pointillés. Il faut noter que bien que la porte de la Conférence n'existe plus depuis 1730, il est fort probable que l'appellation subsiste pour désigner la fin du quai, où elle se dressait jadis.

Nicolas est reconduit au Châtelet dans la voiture de M. de Pontreval. après avoir interrogé la Mazenard, il décide de passer la nuit à Fausses-Reposes.

Accès rapide au plan.

Fil  Le lendemain matin, il revient au Châtelet et décide de se rendre au couvent de Bellechasse, où il rencontre Louis-Philippe d’Orléans et la comtesse de Genlis. Après avoir fait le point avec Bourdeau au Châtelet, Nicolas rentre rue Montmartre. Pendant ce temps, Bourdeau a perquisitionné chez la Gagère, rue Greneta, l'une des plus sales de Paris