L'hôtel de Noailles
 
En entrant dans l'hôtel Saint James & Albany, vous découvrirez au fond d'une cour, derrière une baie vitrée, l'hôtel de Noailles, merveilleusement conservé.

 

M. THIERY, Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, tome I, Paris, Hardouin et Gattey, 1787, p. 154 :
« Cet hôtel, bâti sur les dessins de Richer, élève de Le Veau, est remarquable, tant par sa décoration extérieure et le péristyle qui orne le fond de la cour, que par la beauté des appartements et le superbe cabinet de tableaux qu'il renferme. »

L’hôtel de Noailles était une résidence noble de la rue de Saint Honoré. Construit en 1687 pour l’oncle maternel de Colbert, Henri Pussort, il devint en 1711 la résidence d’un des puissants seigneurs de la famille de Noailles, le comte puis duc Adrien-Maurice de Noailles, époux de Françoise d’Aubigné, nièce et héritière de Mme de Maintenon. L’hôtel fut transformé en 1715 par l’architecte Pierre Cailleteau dit l’Assurance.

Adrien Maurice de Noailles était le grand-père de Marie Adrienne Françoise de Noailles qui épousa dans l’hôtel, en 1774, Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, marquis de La Fayette. C'est donc dans l'hôtel de Noailles que la reine Marie-Antoinette vint accueillir le héros de l’Amérique, à son retour en 1779.

L’hôtel a été découpé en cinq lots en 1830. Un de ces lots est intégré dans l’hôtel St James et Albany.