Versailles
 
L'étage du château en 1701.   L'aile droite sous Louis XV

 

Les intrigues de la série se déroulent pour partie à Versailles, où résident Louis XV et Louis XVI. Le palais, véritable ville où vivent plus de 3 000 personnes, entre en concurrence avec Paris. En effet, si Louis XIV quitte le grand Louvre à Paris pour s’installer le 6 mai 1682 dans un château encore en chantier, obligeant les courtisans à cohabiter avec plus de 20 000 ouvriers, c’est qu’il entend s’éloigner d’une population parisienne "frondeuse". Il entend aussi y asservir des seigneurs enclins à négliger leurs devoirs de vassaux. Versailles devient alors le lieu dans lequel il convient de s’installer si l’on veut bénéficier des faveurs du monarque. Perdant toute liberté, les courtisans y sont logés dans les ailes nord et sud du château, nourris et divertis par le roi. Les exigences de la vie de cour déterminent par ailleurs certains courtisans à installer leurs hôtels particuliers à proximité de la demeure royale, entraînant la croissance de l’ancien village. Devenu ville, Versailles est peuplé de près de 70 000 habitants à la fin du XVIIIe siècle.

Le château initial, un relais de chasse déjà transformé à la demande de Louis XIII, est profondément remanié par les architectes de Louis XIV à partir de 1668. La demande de Louis XIV relève du défi car le terrain est forestier, quand il n’est pas sableux ou marécageux, et il présente des dénivelés. Il faut donc d’abord l’assécher et l’aplanir, en un mot le domestiquer, pour que règne la symétrie classique, témoignage du savoir-faire de l’homme et du pouvoir de celui qui est roi de droit divin. Aussi château, parc, jardins et ville elle-même s’inscrivent-ils dans un projet global. On ne peut par exemple négliger la patte d’oie qui fait converger les trois avenues principales de la ville vers la place d’Armes et le château, tout comme l’alignement de la statue du roi, de sa chambre, de la grande allée centrale – appelée Tapis vert – et du Grand Canal, selon un axe Est-Ouest, qui symbolise le trajet du soleil.

Entre 1661 et 1666, Le Vau apporte les premières transformations au petit pavillon de chasse de Louis XIII. Entre autres, il encadre l’entrée du château par des communs et construit la première orangerie et la ménagerie tandis que Le Nôtre est chargé de l’aménagement des jardins. C’est en 1667 qu’est creusé le Grand Canal. Les transformations radicales se font cependant entre 1666 et 1683. Les communs sont reliés au château primitif et le tout est fermé, côté ville par une grille dorée, formant la Cour royale. Côté jardin, Le Vau ajoute des corps de bâtiment pour y aménager les Grands Appartements du Roi et de la Reine de part et d’autre d’une terrasse à l’italienne, transformée à partir de 1672 en Galerie des Glaces par Hardouin-Mansart, qui succède à Le Vau, mort en 1670. Le Nôtre multiplie les plans d’eau, parmi lesquels le bassin de Latone (1668-1670), celui d’Apollon (1668-1671) et le bassin des Sapins, devenu sous Louis XV le bassin de Neptune, tous mentionnés dans L’Homme au ventre de plomb. La Pièce d’eau des Suisses, également mentionnée dans la série, est – après le Grand Canal – la seconde pièce d’eau en superficie (plus de quinze hectares). Elle fut creusée par des Gardes suisses – d’où son nom – en 1678.

Entre 1683 et 1715, Mansart prolonge la façade ouest du château par deux longues ailes en retrait. En 1701, Louis XIV fait transformer ses appartements afin de placer sa chambre au centre du château neuf, entre l’antichambre de l’Œil de bœuf (cf. L’Affaire Nicolas Le Floch) et le cabinet du Conseil. Mansart construit par ailleurs les écuries, une nouvelle orangerie, le bosquet de la colonnade et, surtout la chapelle, achevée par Robert de Cotte en 1710. C’est aussi dans cette période qu’est édifié le Grand Trianon, dit de marbre.

Quant à Louis XV, il demande à son architecte, Ange-Jacques Gabriel, un opéra royal, inauguré en 1770 pour fêter le mariage du dauphin. Il fait par ailleurs construire le Petit Trianon et aménager dans le château des appartements plus intimes.

À sa mort, en 1774, Louis XVI privilégie encore plus la vie privée. C’est en ce sens qu’il commande une bibliothèque à Ange-Jacques Gabriel. Sous son règne, la vie de cour n’offre du reste plus le même attrait pour les courtisans, qui désertent Versailles dès que la famille royale s’en absente, ce qui est assez fréquent. De plus, l’entretien du château s’avère très onéreux. On tente d’y introduire un certain confort, mais une rénovation plus complète des bâtiments, qui serait nécessaire, est écartée par manque d’argent. Versailles, lieu emblématique du pouvoir des Bourbons, voit aussi leur chute. Le 5 octobre 1789, malgré la pluie, les Parisiens marchent sur Versailles, envahissent le château et ramènent à Paris la famille royale, qui a vainement tenté de fuir par la porte de l’Orangerie – utilisée par Nicolas dans Le Sang des farines.

La cour d'honneur du château de Versailles, la nuit