Saint Julien Le Pauvre
La rue Saint Julien Le Pauvre et son église.

 

M. THIERY, Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, tome 2, Paris, Hardouin et Gattey, 1787, p. 296-297 :
« En remontant la rue de la Bucherie, sur le côté de laquelle sont partie des bâtiments de l’Hôtel-Dieu, on arrive à la petite Église de S. Julien-le-Pauvre, rue de ce nom. C'était jadis un prieuré qui fut réuni à l’Hôtel-Dieu, le 30 avril 1655, mais dont l'union ne fut consommée que par lettres-patentes de 1697. Cette chapelle est desservie par un chapelain à la nomination de la paroisse S. Severin. On y dit la messe le dimanche et le lundi.  »

C’est une des premières chapelles chrétiennes de Lutèce, élevée au sud de la ville au carrefour des voies romaines. Hors les murs, elle fut détruite par les Normands qui assiégèrent la ville en 886. Le roi capétien Henri Ier, fit don des ruines à l’évêché de Paris au début du XIe siècle. La reconstruction de l’église romane actuelle commença à la fin du XIIe siècle et se termina au milieu du siècle suivant. Elle fut consacrée à Saint Julien l’Hospitalier. Comme l’indique la citation de Thierry, en 1665, l’église fut confiée à l’Hôtel-Dieu et dépendit de la paroisse voisine de Saint Séverin. Vendue comme bien national à la Révolution française, elle fut désacralisée et transformée en grenier à sel en 1790, ce qui évita sa destruction. En 1826, elle redevint église et en 1889, elle fut confiée au rite oriental grec melkite catholique. Elle est décorée, comme toutes les églises orthodoxes, d’une iconostase qui sépare les fidèles (dans la nef) du prêtre (dans le chœur).