Le Collège Mazarin
 

L'Institut de France sur le quai Conti (ancien Quai des Quatre-Nations)

Le Voyageur français ou la connaissance de l’ancien et du nouveau monde, mis au jour par M. l’Abbé DELAPORTE, tome XLII, Paris, chez Moutard, 1794, p. 15-17 :
« L’établissement du collège Mazarin peut être fixé à l’année 1661, puisqu’il fut décidé en vertu du testament du cardinal de ce nom, mort cette même année. Cependant il ne fut véritablement construit et ouvert que quelques années après. Il fut appelé collège des quatre nations, parce que l’intention du donateur était d’y fonder soixante bourses pour des enfants de quatre pays différents. [...] Au milieu des bâtiments extérieurs, est la chapelle, élevée de plusieurs degrés, avec un portail très orné et surmonté d’un dôme. Des deux côtés partent deux ailes dirigées sur un plan circulaire, décorées de pilastres ioniques et de corinthiens, et terminées par deux gros pavillons d’une architecture analogue aux autres bâtiments : le tout est couvert d’ardoise avec des bandes de plomb doré. »

Le bâtiment fut achevé en 1688 et la Bibliothèque Mazarine fut ouverte au public en 1691.

À la Révolution, le collège des Quatre-Nations devint collège de l'Unité, puis maison d'arrêt, puis siège du Comité de Salut Public, avant de devenir École Centrale Supérieure puis École des Beaux-arts.

En 1805, à la demande de Napoléon Ier, l'Institut de France quitte le Louvre et investit l'ancien collège des Quatre-Nations. Antoine Vaudoyer transforme la chapelle en salle pour les séances des Académies.