Le Grand Châtelet

 

 

Le Voyageur français ou la connaissance de l’ancien et du nouveau monde, mis au jour par M. l’Abbé DELAPORTE, tome XLII, Paris, chez Moutard, 1794, p. 180-187 :
« Le Grand Châtelet est le bâtiment le plus remarquable de ce quartier [le quartier Saint-Jacques de la Boucherie]. Je crois avoir dit ailleurs que c’était la forteresse qui défendait l’ancienne cité de Paris et le passage du grand pont qui y communiquait. [...] Il est certain que, dès le temps de la première race de nos rois, le Châtelet était regardé comme une citadelle, qui contenait en même temps les habitants de la ville au-dedans, et en imposait aux ennemis du dehors. [...] L’exercice de la juridiction civile et criminelle a entraîné la nécessité d’établir des prisons dans le Châtelet même. [...] Les officiers de justice du Châtelet, indépendamment des lieutenants, des conseillers et d’un grand nombre de greffiers, sont quarante-huit commissaires, qui sont employés pour apposer les scellés, tant après décès qu’en cas de banqueroutes et de décret. »

Devant la menace des Normands, Charles le Chauve, roi de Francie occidentale et empereur d’Occident, renforce en 877 les fortifications de Paris. Les remparts romains de l’île de la Cité sont relevés, les ponts sont fortifiés et protégés par des châtelets en bois à leurs extrémités. Le Grand Châtelet protège l’entrée nord du Grand Pont. Au XIIe siècle, le roi Louis VI le Gros remplace les tours de bois par une forteresse en pierre entourant une cour centrale et ceinturée de fossés remplis par l’eau de la Seine.

Il est résidence comtale jusqu’à la fin du XIIe siècle. Ensuite, ce sont les prévôts des marchands qui y habitent. Avec la construction de la muraille de Philippe-Auguste (1190), le Grand Châtelet perd sa fonction militaire puisqu’il est à l’intérieur de la construction. Il devient un lieu de justice avec l’installation du prévôt de Paris dans ses murs. Cet officier royal représente le roi dans Paris et gère la police et la justice criminelle. Dans ce cadre, le Grand Châtelet devient une prison et dispose d’une salle de torture. Au XIIIe siècle, sous le règne de Louis IX, le Châtelet est agrandi et il est en partie reconstruit sous Louis XIV.

La Cour de justice du Châtelet disparaît avec la réforme de la justice en 1790 et 1791, mais reste la prison. Une grande partie des prisonniers est massacrée le 2 septembre 1792 par les émeutiers alors que les armées autrichiennes marchent sur Paris. En 1808, Napoléon ordonne la destruction du Grand Châtelet. C’est sur son emplacement qu’ont été construits la place et le théâtre du Châtelet qui rappellent le nom de la forteresse.