Place du Carrousel
La place du Carrousel, encombrée de bâtiments (plan de Bretez, dit de Turgot, 1739)
La façade occidentale de l'arc de triomphe du Carrousel en novembre 2011   
  L'arc de triomphe du Carrousel et les Tuileries, par Charles Percier, 1806-1815 (Gallica)

 

M. THIERY, Guide des amateurs et des étrangers voyageurs à Paris, tome 1, Paris, Hardouin et Gattey, 1787, p. 218 :
« Cette place a été ouverte pour découvrir la superbe façade du château des Tuileries, et tire son nom du Carrousel que Louis XIV y donna en 1661 à la Reine sa mère et à la Reine son épouse. Les carrousels étaient des sortes de courses accompagnées de charriots, de machines, de récits, de danses, etc. L'antiquité n'a rien eu de plus noble, ni de plus ingénieux que l’usage des carrousels. Pendant que le peuple s'arrêtait à considérer ces jeux et ces exercices comme des divertissements, les prêtres idolâtres en faisaient des actes de religion ; les soldats des montres de leur adresse ; et les savants, des études aussi agréables qu'instructives. »

Depuis son mariage, La Borde habite place du Carrousel. Cette place, située entre le Louvre et le palais des Tuileries – incendié pendant les combats de la Commune de Paris en 1871 et aujourd’hui disparu – était à ses débuts un terrain vague. Elle acquit sa notoriété les 5 et 6 juin 1662, lorsque Louis XIV y offrit aux Parisiens un carrousel si somptueux qu’il valut à la place, ainsi que le souligne Thiéry, le nom de place du Carrousel. La mode de ces spectacles équestres qu’étaient les carrousels, très en vogue au XVIIe siècle, se perdit au XVIIIe siècle mais le nom donné à la place subsista.

Carrousel donné devant le Palais des Tuileries le 5 juin 1662 - Gallica

Par la suite, de nombreuses constructions diminuèrent l’espace qui lui était réservé. C'est grâce à l’attentat de la rue Saint Nicaise qu'elle acquit les proportions qu'on lui connaît. Le 3 décembre 1800, l'attentat qui visait Bonaparte, alors premier consul, détruisit de nombreuses maisons, ce qui conduisit à un réaménagement de la place. Déblayée, elle fut agrandie selon un plan carré et, en 1806, afin de donner plus d’allure à l’entrée des Tuileries, Napoléon Ier y fit édifier un arc de triomphe copié sur celui de Septime Sévère à Rome, en souvenir de ses victoires à Austerlitz et Iéna.