Rue de l'Arche Popin
Le débouché sur la Seine de la rue de l'Arche Popin - Source Gallica La rue, de l'intérieur - Source Gallica

 

JEAN-BAPTISTE-MICHEL RENOU DE CHAUVIGNÉ DIT JAILLOT, Recherches critiques, historiques et topographiques sur la Ville de Paris, Paris, Chez Lottin l’Aîné, 1775, p. 6 :
Rue de l'abreuvoir Popin :
« Elle a son entrée dans la rue S., Germain-l’Auxerrois, et passant sous le Quai de la Mégisserie, elle aboutit à la rivière. On est dans l'usage de dire & d'écrire, mais mal-à-propos, l'abreuvoir Pépin : tous les actes anciens qui en font mention, la liste des rues du XVe siècle & Corrozet l'appellent Popin & Paupin. Je ne sais où l'auteur du livre des Rues de Paris, imprimé chez Valleyre, a trouvé qu'elle se nommait rue de l’Archer, ni pourquoi il l’a confondue avec celle de l'arche Marion. Le nom de Popin vient de celui du fief d'une famille connue au XIIe siècle, La place où cette rue est située, avait appartenu à Jean Popin. »

Vers 1170, la ville de Paris acquit la petite grève Popin (ou Pépin) qui appartenait à l'abbaye de Haute-Bruyères, après avoir été la propriété d’un riche propriétaire du XIIe siècle, Jean Popin-du Porche. En contrepartie, l’abbaye devait recevoir une part du trafic (sel et harengs).

Mais le port était trop petit pour être rentable et il était surtout devenu le lieu où l’on faisait boire les chevaux.

En 1369, un quai fut aménagé : le quai de la Saulnerie, futur quai de la Mégisserie.

Une rue, située à l'emplacement actuel de la rue Edouard Colonne, descendait vers la Seine, enjambée par une arche. La rue, naturellement appelée rue de l’Arche Popin (ou Pépin), ou encore rue de l'abreuvoir-Popin, ne comprenait que deux numéros.

La plupart des maisons du quartier furent détruites en 1836 et, en 1913, des travaux de modernisation eurent raison de ce qui restait des maisons du moyen-âge.